Chez :  Ville :  Catégorie : 
Chambre :  Arrangement :  Nom de l'hôtel : 
A partir de :  Pour :  Nuit(s) Trier par: 
Budget Max :  Comparaison avancée...

Nom de la ville : Tozeur

Région : Djerid




 
Description :
Tozeur est une ville du Jérid tunisien et le chef-lieu du gouvernorat du même nom. Elle compte 32 400 habitants selon le recensement de 2004.

Située au nord-ouest du Chott el-Jérid, elle se trouve à 450 kilomètres au sud-ouest de Tunis. Il s'agit de l'une des oasis situées aux portes du désert du Sahara. Tozeur est une ville avec un passé religieux important et connue pour ses lettrés comme sa géographie contemporaine, parsemée de marabouts, en témoigne.

L'une des parties de la ville ancienne est construite en briques (valorisées aujourd'hui dans un but touristique) d'argile. Les maçons ont créé sur les façades des motifs en relief inspirés des tapis et de la calligraphie. Elles sont posées de façon à augmenter la surface du mur qui se trouve à l'ombre[6]. Les maisons de l'un des plus vieux quartiers de Tozeur (Ouled el-Hadef) sont ainsi dotées de cette architecture, ses petites ruelles (datant du XIVe siècle) formant un véritable labyrinthe.

Le musée Dar Cheraït, premier musée privé tunisien fondé en 1990, abrite une collection de nombreuses œuvres d'art et d'ustensiles témoignant de la vie des familles tunisiennes au cours des différentes époques même si elle est très peu centrée sur la vie locale[6].

Le zoo du désert héberge toutes sortes d'animaux du désert : serpents, scorpions, fennecs, gazelles, chacals, couple de lions et l'immanquable chameau qui boit du Coca-Cola, curiosité locale des touristes.

Au début des années 1990, le gouvernement tunisien entreprend de développer le tourisme saharien. Une douzaine d'hôtels de grand standing voit alors le jour pour attirer des touristes par des séjours clés en main[7]. En mai 2008, la région incluant Tozeur, Nefta et Tamerza compte 41 unités hôtelières dont trois établissements cinq étoiles et a accueilli 338 000 visiteurs en 2007[8]. Toutefois, selon Claude Llena, c'est la « minorité possédante et le capital touristique du Nord [qui] ont rapidement mis la main sur cette rente touristique au détriment de la population locale »; le secteur n'engendre en effet que 2 500 emplois permanents et 5 000 emplois indirects.

La durée moyenne du séjour des touristes reste faible ; certains l'expliquent par le fait qu'ils sont de passage dans le cadre de circuits organisés depuis les stations balnéaires du littoral[8] alors que d'autres soutiennent que ce nombre limité s'explique par une orientation vers un tourisme haut de gamme. L'aéroport international de Tozeur-Nefta, mis en exploitation en 1980 et voué aux charters, n'atteint ainsi pas sa pleine capacité (86 000 passagers en 2007 sur une capacité de 400 000).

C'est dans ce contexte que se situe l'aménagement d'un terrain de golf, le Golf des Oasis, inauguré en plein désert en novembre 2006. Toujours selon Claude Llena, ce golf touche les abords de la palmeraie et puise dans la nappe phréatique pour maintenir le gazon planté en plein désert[7] même si 90 % de la consommation en eau de la ville reste liée à l'agriculture[8]. Toutefois, d'après les sources institutionnelles, le golf est arrosé par de l'eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ; une installation de relèvement et 15 kilomètres de conduites, installées en partie au fond de l'oued qui passe au pied du golf, permettent cette récupération[16],[17]. Par ailleurs, le golf a été installé sur des terrains pris sur le désert, sur la rive droite de l'oued, et ne touche pas à la palmeraie[18] ; il interdit cependant l'accès des artisans de la briqueterie à une carrière d'argile située dans son emprise, obligeant ceux-ci à faire venir de l'argile par camion.



Aéroports :
- TOE : Tozeur


CYBERESA.NET // CR.RESA V 3.0.3.0 ID ( eqjavfihohnrtbtf5rwr0m0s )